L’axe Cultures Visuelles

Projet et objectifs

L’axe transversal Cultures Visuelles a été créé au sein de  l’UMR IRHiS dans le cadre du quadriennal 2010-2013. Il a pour vocation première de réunir des chercheurs du laboratoire, spécialisés en histoire et histoire de l’art, et intéressés par l’image, les artefacts visuels et les dispositifs de représentation visuelle présents dans toutes les cultures. Envisagé selon une perspective pluridisciplinaire, cet axe souhaite associer également d’autres chercheurs en SHS concernés par ce champ de recherche (anthropologie, sociologie, psychologie, esthétique, linguistique, littérature comparée, épistémologie, sciences de l’information et de la communication, études filmiques, arts du spectacle…). Il entend devenir un lieu ouvert d’échanges et d’analyses comparées.

L’axe Cultures Visuelles constitue avec le RTP Visual Studies, les nouveaux paradigmes du visuel, l’une des deux initiatives de chercheurs de l’IRHiS, destinées à favoriser le développement d’un champ d’études et de recherches pluridisciplinaire qui n’a pas encore trouvé en France de structures et de visibilité suffisantes. Si ces deux initiatives diffèrent par leur vocation et par leurs missions respectives, elles se rejoignent dans leurs ambitions : promouvoir le développement de ce domaine de recherche en décloisonnant les frontières disciplinaires pour que puissent apparaître de nouveaux outils et de nouveaux savoirs, mais aussi de nouvelles manières de « regarder » les innombrables productions visuelles des cultures humaines.

Objectif

L’objectif de l’axe Cultures Visuelles de l’IRHiS est d’étudier les artefacts (ou créations humaines) qui ont contribué à construire visuellement les cultures historiques. Ces artefacts visuels sont abordés dans la diversité de leurs expressions matérielles (« images » et « signes » en premier lieu, mais aussi cadres urbains et architecturaux), corporelles (vêtements, tatouages, maquillages, bijoux…) et même immatérielles (idéologies religieuses ou politiques par exemple) comme dans les descriptions littéraires, fidèles ou non, qu’ils ont laissées ou suscitées (utopies, rêves, mondes imaginaires).

Cette approche ne privilégie donc pas a priori l’aspect esthétique, la maîtrise technique ou la notion d’œuvre singulière dans l’étude des éléments visuels d’une culture. Elle s’intéresse avant tout à leur langage et à leurs codes (ceux de l’architecture baroque ou ceux de l’affiche de propagande communiste par exemple) ainsi qu’à tous les aspects de leur production, de leur diffusion, de leur circulation, de leur réception et de leur impact, tant individuel que collectif. En d’autres termes, il s’agit non seulement d’étudier la nature des cultures visuelles, mais aussi leur « fabrique » et leurs usages dans l’histoire.

L’axe de recherche « cultures visuelles » se place donc délibérément dans une perspective historique, replaçant ses objets d’étude dans leur contexte culturel et tentant d’en appréhender les évolutions, tout en pratiquant une approche diachronique, comparative et pluridisciplinaire de ceux-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.